AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Résolution(s)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Je suis une créature neutre.
Messages : 1317
Date d'arrivé : 20/06/2013

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Métier: Livreur
Relations avec les personnages:
Je suis une créature neutre.
Robert Wunsch
MessageSujet: Re: Résolution(s)   Ven 14 Mar 2014 - 13:40


Résolution(s)
Transporté dans cette quête d'indices, j'en oubliais sa situation moins joyeuse. J'y pensais alors que mes yeux furent aimantés par les siens. Je soutins son regard dans un instant de silence suivant sa réponse. Elle voulait bien partager autre chose à boire avec moi. Mais j'aurais voulu que ce moment où nos regards étaient liés dura encore un peu. Je souris et me leva d'un bond vers le frigo. Je l'ouvrais et pris deux bières anglaises de 50 cl. J'offrais souvent de la Hobgoblin à mes amis lorsqu'ils venaient chez moi. Cette ois j'hésitais un peu. Cette bière rubis, rouge, n'était pas pour n'importe qui, dans le sens où il fallait être amateur et tenir un peu (point dont je ne doutais pas d'elle). Je les pris quand-même et refermais le frigo. J'allais cherché le décapsuleur dans mon tiroir, oubliant celui sur la porte de mon frigo. Je retournais à la table les posant à côté de mon ordinateur. Je ne les avais pas secoué ce qui ne posa pas de problème à l'ouverture. Je pensais qu'une fois ça dans le ventre nous serions moins frais qu'à présent. Une fois passé le pschitt de la capsule enlevée, je posais le décapsuleur et les capsules sur la table. Je ne débarrassais pas mon ordi et me contentais de le pousser pour poser mon coude. Je pris la bière dans ma main et trinquais avec elle. Ce n'est qu'après la première gorgée que je lui proposais une verre. Elle hocha positivement la tête. Je me levais et lui en donnais un. J'en sortis également un pour moi et versais de ma bière dans mon verre. Elle en fit autant.

Je lui dis ensuite en profiter que mon ordi était allumé pour regarder mes mails. Ma boîte était pleine de n'importe quoi, comme d'habitude. Je triais cela. Mes parents m'avaient envoyés des bêtises en tout genre que je regarderais plus tard. Mais entre tous figurait un mail de mon patron. Je fus surpris pour plusieurs raisons. La première état le fait que je sois en congé ; la seconde qu'il ne m'ait pas appelé ; la troisième qu'il n'en avait que rarement l'usage, et enfin je me demandais bien ce qu'il pouvait bien me vouloir. J'avais laissé Casey regarder. J'haussais les épaules et lui dis seulement : « Mon patron ».
Je n'avais rien à lui cacher et ouvris le mail. Dans la forme, il était rédigé comme une lettre pour le corps, accompagné de deux pièces jointes. Je cliquais sur ces dernières pour les télécharger en attaquant, avec appréhension, la lecture. Il s'excusait tout d'abord de me déranger en mes débuts de congés. Je me détendis un peu en voyant le ton simple et conciliant de celui-ci. Ce n'était pas une remontée de bretelle, bien au contraire. Il me félicitait de mon travail et se réjouissait du bien-être de l'entreprise. Il m'annonçait, à la fin du premier paragraphe, que j'allais être augmenté et que mon contrat allait être revu. C'est cela qu'il m'envoyait en première pièce jointe. J'arrêtais ma lecture là en pensant à Casey. Je savais qu'elle ne s'était pas empêchée de lire quelques lignes. Au lieu d'essayer de m'excuser de ma situation en contre point de la sienne, ce qui ne ferait pas avancer les choses, je décidais de trinquer avec elle pour cette bonne nouvelle pour moi.

« Avec mon amie présente, je trinques à mon augmentation ! »

Je repris la lecture après avoir bu à cela. Un peu rouge sur ses joues, elle ne se pencha pas pour lire. Elle ne devait as en avoir honte et je ne lui en voulais pas de s'y être intéressée par curiosité. Je finis de lire ce message où le patron me disait qu'une secrétaire et comptable allait être embauchée. Depuis le temps que je le réclamais et que je me tapais une part du boulot, j'étais content que ces tâches soient enfin assumées par quelqu'un d'autre. Qui plus est cela offrait un emploi à quelqu'un. Ce qui m'allait moins en revanche était écrit dans les dernières lignes du message. Elles stipulaient qu'elle viendrait chez moi demain après-midi pour venir prendre les papiers de compte, et d'administration, que j'avais. Le boss tenait aussi que je lui fasse un topo complet sur la situation de l'entreprise et l'équipe. Je ne pus m'empêcher de lancer en : « Quoi ? » et finis de lire. Pour s'assurer que je ne refuses pas, il me disait que je disposerais d'une journée de congé future pour une demi-journée de prise demain. Je commentais alors : « Mais bien sûr... ». Je soupirais. En post-scriptum était précisé que la deuxième pièce jointe était une photo de la nouvelle employée. Je me redressais un peu. Je toucherais quelques mots à Casey sur cela juste après avoir ouvert les pièces jointes. La première était bien mon contrat qu'il me faudrait lire et voir plus en détail. La deuxième était une photo d'une femme de la tête à la taille. La photo sur l'écran présentait une belle femme, canon aussi. Au lieu de faire une petite recherche de profil, comme à mon habitude, j'expliquais en quelques mots la fin du message à Casey. Cette femme croiserait peut-être le chemin de Tancred. Je bus encore de ma bière. Je cherchais quelque chose à dire et ne trouvais rein à dire, ce qui n'était pas bon signe. Mon esprit venait d'être préoccupé par ce message.

Comme par miracle, e téléphone sonna. Je le pris et répondais ; le numéro n'avait pas été identifié parmi mes contacts. Je le collais à mon oreille et dis allô. La voix m'était familière. Il disait être le patron de Casey et avoir à lui parler. Son ton ne me disait rien qui vaille. Je lui demandait ce qu'il voulait. Il me dit vouloir lui proposer un compromis.

© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Je suis un Grimm.
Féminin
Messages : 1698
Date d'arrivé : 09/06/2013
Age : 29
Localisation : Portland

Feuille de personnage
Age: 21 ans
Métier: Mécanicienne
Relations avec les personnages:
Je suis un Grimm.
Casey Dov
MessageSujet: Re: Résolution(s)   Ven 14 Mar 2014 - 17:14


Résolution(s)
~ Casey & Robert ~

Je trouve qu'on en avait pas mal fait pour aujourd'hui. Je fixais le vide pendant un temps avant d'attendre une réaction de Robert après sa proposition de boire une bière. Avant d'être passée au whisky, j'avais commencé par boire de la bière, mais cela remontait à bien loin maintenant, je n'avais plus rien à oublier. Il y avait plusieurs façons de boire, pour s'amuser ou pour oublier. Je soupirais quand il se leva pour aller en chercher deux dans le frigidaire. Je le vis un instant hésiter puis il les apporta sur la table avant de les ouvrir. Je tendis la main pour me saisir d'une des bouteilles. Je regardais la bouteille en fronçant les sourcils, le liquide était rouge, mais cela ne me gênait nullement. On trinqua et je bus une petite gorgée avant qu'il ne me propose un verre, je réfléchissais un moment puis acceptais en souriant en coin et hochant la tête. Je remarquais qu'il en prit un pour lui-même. Je le suivais du regard avant de verser le contenu de la bouteille dans le verre. Ce n'était pas si mauvais que cela après tout. Je bus une autre gorgée en regardant l'étiquette de la bière avant qu'il ne me dise vouloir consulter ses mails. Je haussais un sourcil sans rien dire et jetais, non pas en étant curieuse, un regard sur l'écran. Un mail lui était adressé, l'expéditeur était son patron. Cela ne me regardais pas et je détournais un instant les yeux avant de reprendre mon attention sur l'écran, malgré tout. Le corps du message était dressé comme une lettre qu'on expédiait par la poste. Je plissais un peu les yeux et survolais quelques lignes en haussant un sourcil, il avait une augmentation en étant en congé ? J'aimerais avoir son patron. Je soupirais et il m'invita à trinquer avec lui. J'eus un sourire à son ton quand il parla. Je bus une longue gorgée sans le quitter des yeux pendant qu'il reprenait la lecture de son mail. Je n'écoutais plus vraiment, un peu ailleurs à observer ma cheville après avoir reposé le verre sur la table. Ce dernier était presque vide. Je repris mon attention sur Robert quand il prit la parole à nouveau avant que le téléphone ne sonne alors dans la pièce d'à côté. Je ne savais pas qui cela pouvait être. Sûrement son patron, qui voulait s'assurer qu'il avait bien reçu le mail. Je bus les dernières gorgées de bière avant de repousser le verre en soupirant. Robert finit par me dire que c'était pour moi. En prenant le téléphone, je reconnus la voix de Jim. Comment savait-il que j'étais là ? Il me dit alors qu'il avait appris pour mon appartement et qu'il était désolé pour ça, qu'il avait essayé de m'appeler sur mon téléphone fixe et m'en voulait de ne pas avoir de portable. Je roulais des yeux, je voulais qu'il en arrive au fait, enfin il me dit qu'il s'était rappeler que j'étais chez Robert et qu'il avait voulu voir si j'y étais toujours. Je soupirais en attendant une suite qui n'arrivait pas encore. Finalement, il me lança qu'il avait un compromis à me faire. J'écoutais en fronçant les sourcils et en fixant le vide. Jim me disait qu'il avait trouvé quelqu'un d'autre pour servir, pour prendre ma place. Mon cœur se mit à battre à tout rompre. Je n'avais plus de boulot en quelque sorte, que je devais trouver un autre emploi et qu'il me filait une prime. Merci, sympa. Il avait trouvé quelqu'un aussi rapidement ? En même temps, je l'avais un peu chercher. Un coup je disparaissais avec des mecs bizarres pour aller dîner, la dernière fois un flic était venu au restaurant et là, je ne travaillerais pas pendant 2 semaines. Je soupirais, ne sachant pas quoi dire en fixant toujours le sol. Il me fit sursauter quand il a cru que je n'étais plus au bout du fil et que j'avais certainement raccrocher à sa demande de compromis. Franchement je ne voyais pas du tout quoi répondre à ça. Je réfléchissais encore un instant.

« - Je voulais... justement vous appeler à propos de tout ce qui venait de m'arriver... Mais avec tout ça, je n'y ai plus vraiment pensée ! Si vous avez trouvé quelqu'un d'autre... C'est votre choix, le mien est que... Je vais retrouver un emploi assez rapidement... enfin, j'espère... Autant que je reste optimiste à ce sujet ! »

Je soupirais et écoutais ce qu'il avait à me dire par la suite. Je hochais la tête comme s'il pouvait me voir et roulais encore des yeux quand il me dit qu'il m'enverrait la prime par courrier. Je raccrochais le téléphone.



Revenir en haut Aller en bas
http://blutbad.lebonforum.com/
Je suis une créature neutre.
Masculin
Messages : 1317
Date d'arrivé : 20/06/2013
Age : 24
Localisation : Roseway - Portland

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Métier: Livreur
Relations avec les personnages:
Je suis une créature neutre.
Robert Wunsch
MessageSujet: Re: Résolution(s)   Sam 15 Mar 2014 - 12:31


Résolution(s)
Le ton qu'il avait prit au départ ce dissipa un peu quand il su qu'il ne pouvait pas me prendre de haut. Je n'aimais pas vraiment cet homme. Peut-être était-il un bon patron ou gestionnaire, mais rien ne l'empêchait d'être un minimum poli. Il changea de ton sans que j'ai à lui faire de remarque. Il semblait être plus calme et me répéta vouloir parler à Casey. Je me décidais à lui passer le téléphone. Une fois qu'il fut collé à son oreille je me rassis et bus une gorgée de mon verre en la regardant. Elle semblait surprise par cet appel et écoutait avec attention ce qu'il lui disait. Je détournais mon regard pour ne pas la déranger. Elle venait de finir un verre, il en restait encore une moitié dans la bouteille. Elle resta sans parler pendant un moment à encaisser sans rien répondre. Je l'écoutais soupirer en lui jetant quelques regards, pour lui signifier que j'étais quand-même là. Je refermais la photo sur l'ordi et l’éteins. Je la regardais rouler des yeux à plusieurs reprises. Je pris les tasses et me levais les déposer dans l'évier. Alors que je revenais m'asseoir elle prit la parole. Je fus surpris par ce qu'elle lui disait. C'est vrai qu'elle voulait l'appeler, mais je ne comprenais pas l'urgence... Je pliais mon ordi quand elle lui dit que c'était son choix s'il avait choisit quelqu'un d'autre. Je compris alors que ce qu'il lui avait annoncé n'était pas une bonne nouvelle. Si elle venait de se faire licencier, je trouvais qu'elle encaissait bien le choc. Ce petit bout de femme avait dû en voir des verte et des pas mûres, mais elle ne flanchait pas. Là encore le sort ne lui était pas favorable et elle était dans une mauvaise passe. Cette fois sa situation était différente, et j'espère qu'elle en avait vraiment conscience. Elle continua d'écouter ce qu'il avait à lui dire et elle hochait la tête pour signifier son accord. Je commençais à débrancher mon secteur et ma souris quand elle raccrocha. Elle soupira et relâcha ses épaules. Le bip du téléphone pour raccrocher signa le début d'un court silence que je coupais peu après. Je me sentais un peu démunis face à cette situation. Pour l'aider je devais lui poser une question évidente mais nécessaire :

« Qu'est-ce qu'il t'as dit ? Que voulait-il ? »

Je tournais machinalement le fil de la souris avec ma main droite autour de ma main gauche pour pouvoir la ranger ensuite. Je regardais son air dépité, et ses yeux au sol. Je posais ma souris sur la table. Je pliais l'écran de mon PC de la main gauche et portais l'autre sous son menton. Je ne le touchais pas, elle releva la tête d'elle-même. Elle me regarda. Je retirais ma main et la laissais prendre le temps nécessaire pour m'annoncer ce qu'il lui avait dit, ou son désaccord possible à me l'avouer.


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Je suis un Grimm.
Féminin
Messages : 1698
Date d'arrivé : 09/06/2013
Age : 29
Localisation : Portland

Feuille de personnage
Age: 21 ans
Métier: Mécanicienne
Relations avec les personnages:
Je suis un Grimm.
Casey Dov
MessageSujet: Re: Résolution(s)   Sam 15 Mar 2014 - 15:55


Résolution(s)
~ Casey & Robert ~

J'étais encore un peu sonnée. Quand je disais que rien allait c'est que c'était vrai. Je soupirais et remarquais que ma bouteille de bière n'était pas vraiment vide. Je la saisis alors pour la boire cul-sec avant de la reposer sur la table. Il allait falloir que je le prenne du bon côté, il y avait pire... Du moins je crois... Plus d'appartement, plus de boulot, oui, il y avait pire. Quand on est bien entouré, ça va, et heureusement que quelqu'un m'hébergeait. Mais si je n'avais eu personne vers qui me tourner, je serais à la rue. Je n'avais pas à déprimer ou pleurer sur mon sort dans ces cas là. Je fixais la bouteille vide. J'avais très bien entendu ce que Robert m'avait demandé, c'est juste que j'essayais de digérer la nouvelle. Je me mis à fixer le sol de nouveau avant de relever la tête vers lui et soupirer. J'hésitais un instant à lui dire, mais en même temps, j'allais rester ici pendant un petit moment. Je repensais à ce que je venais de dire à Jim, oui j'allais l'appeler pour lui dire pour mon appartement, qui avait bien pu lui dire ? En même temps, ce n'était vraiment pas un secret. Je l'avais appelé pour ma cheville, puis déplacé jusqu'à là-bas et là, c'est lui qui m'avait appelé pour me virer.

« - Eh bien... il se trouve que je n'ai plus de boulot... Mon cher patron m'a donné un compromis, soit je refusais ou je le prenais bien... Je l'ai plutôt bien pris ! Il a trouvé une autre serveuse... Y a pas plus pire comme situation ! »

J'eus un sourire en coin et pris mes béquilles pour me lever, je devais aller dans la salle de bain. Une fois debout, j'avançais vers le couloir.

« - Je vais nettoyer mon pied enfin ma cheville, avant toute proposition de boulots quelconques ou je ne sais quoi encore ! Il va falloir que je commence par trouver un job avant de faire une recherche d'appartement ! »

Je continuais mon chemin vers la salle de bain et m'y enfermais. Je déposais les béquilles contre le mur et marchais en grimaçant. Je fis face au miroir au dessus du lavabo et observais encore ce bleu horrible dans mon cou. Je savais par avance que le bleu me faisait mal encore. Je n'allais pas en faire tout un plat sur ce bleu, j'en avais pleins sur le corps. D'après le kiné, je devais me détendre sous une bonne douche, autant écouter les conseils de quelqu'un et de commencer maintenant. Je restais là, sous l'eau plutôt tiède que chaude, après avoir nettoyé ma cheville. Je n'avais pratiquement plus mal au dos, par je ne sais quel miracle, mais ce dernier me faisait plus souffrir. J'essorais mes cheveux et sortais de là. Une fois essuyée, je remis mes affaires de la journée, en me rendant vite compte que je n'avais même pas prit la peine de prendre quelques affaires de rechange pour aller me coucher. Je repensais à tout ce que je devais faire une fois que j'irais mieux tout en me faisant une tresse. Des serveuses, tout le monde en cherchait, j'en suis sûre. Je sortais finalement de la salle de bain et retournais dans la cuisine à l'aide des béquilles. Je voulais encore les utiliser jusqu'à demain, après je marcherais sans. Je me réinstallais à ma place en voyant que ma bouteille de bière n'était plus là. Je me rappelais de l'avoir bu d'un seul coup après avoir raccroché.



Revenir en haut Aller en bas
http://blutbad.lebonforum.com/
Je suis une créature neutre.
Masculin
Messages : 1317
Date d'arrivé : 20/06/2013
Age : 24
Localisation : Roseway - Portland

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Métier: Livreur
Relations avec les personnages:
Je suis une créature neutre.
Robert Wunsch
MessageSujet: Re: Résolution(s)   Dim 16 Mar 2014 - 12:22


Résolution(s)
Je voyais qu'elle n'était pas vraiment bien, mais restais impuissant face à cela pour l'instant. Je la vis hésiter à me dire ce qu'il venait de lui annoncer comme compromis. Elle finit sa bière d'une traite et prit un temps de pause que je ne bousculais pas. Un instant plus tard elle me dit avoir reçu une mauvaise nouvelle, mais y faire face. Je levais les yeux au plafond, elle disait toujours faire face, mais je restais convaincu que cette nouvelle l'affectait plus que ce qu'elle ne voulait bien le faire transparaître. Je hochais ensuite la tête et ajoutais un « hum » d'approbation quand elle dit l'avoir plutôt bien prit. C'était vrai qu'elle faisait face, mais elle n'avait vraiment pas de bol en ce moment. Je me promettais une fois de plus de lui venir en aide autant que possible. Elle attrapa ses béquilles et se leva en disant aller dans la salle de bain se masser le pied et se doucher, comme lui avait prescrit le kiné. Je n'ajoutais rien et la laissais faire, c'était une assez bonne initiative pour se changer les idées. Elle connaissait le chemin et avançait dans la couloir jusqu'à disparaître.
Je restais une seconde à regarder en direction de la salle de bain. Elle devait avoir le nécessaire en fouillant. Je me retournais sur la chaise. Je pris le bout de fil du secteur et l'attachais avec un scratch. Je débranchais l'autre bout de la prise, puis je pris le tout, ordi, souris et secteur pour aller y ranger. Je revenais dans la cuisine et écoutais l'eau couler en passant. Je pris les tasses et les verres. Je posais les premières dans l'évier, et les second sur le bord pour les réutiliser ce soir pour le repas. Je pris une éponge et nettoyais la table. Je reposais l'éponge et m'essuyais les mains. Je regardais la table dans le vague. Je n'avais pas vraiment envie de réfléchir, je me disais seulement que sa situation était difficile et que je n'aurais pas aimé être à sa place. Mes yeux descendirent au sol où se trouvaient les deux sacs, toujours fermés. Je posais ma serviette à sa place et pris les deux sacs que j'emmenais dans sa chambre. Je les posais au pied du lit tout en vérifiant qu'elle ne manquerais de rien. Je pensais que demain nous serions obligés d'aller en course. Les femmes avaient besoin de certaines produits spécifiques dont je ne disposais pas. Je n'avais pas envie d'aller demander à ma voisine, mais si cela s’avérait nécessaire pourquoi pas. Je regardais l'heure sur le réveil, 17h 30, cela me laissait du temps pour faire autre chose. J'avais le temps de cuisiner plus tard. Je haussais les épaules et retournais dans la cuisine.
Le téléphone sonnait, je répondis alors. C'était ma mère qui voulait avoir des nouvelles. Je lui racontais mes dernières péripéties. Casey revenait. Elle était canon, elle s'était faîte une tresse, mais une mèche rebelle retombait sur le côté. Je remarquais qu'elle avait remis ses habits. J'écoutais ma mère d'une demi-oreille me raconter sa journée. Je lui dis d'attendre une seconde. Je tin le téléphone plus à la verticale et m'avançais vers Casey pour lui glisser à l'oreille en chuchotant :

« Tu peux aller dans ta chambre, j'y ai posé tes sacs. Vas te reposer un peu, je suis là si tu as besoin »

Et je repris le fil de la conversation avec ma mère. Je lui disais tout et ça me faisait du bien. J'avais toujours été complice avec elle, et c'était ma confidente depuis longtemps. J'aimais aussi mon père, mais il était moins bavard et curieux. Même depuis le jour où j'avais appris ne pas être leur véritable enfant ils restaient pour moi des parents en or. Je me dirigeais vers le salon alors que Casey avait disparu de la cuisine. Je me posais devant la télé éteinte. Nous parlions de ma situation, de Casey en tant qu'amie, du temps exécrable dehors... Ma conversation dura un bon quart d'heure. Je raccrochais et fermais les yeux. Je posais ma tête sur le haut du canapé. J'écoutais la pluie battre mes volets. Je cherchais à entendre le cœur de Casey grâce à mes sens de Wesen. Je fus surpris de constater qu'elle venait derrière moi. J'ouvris les yeux et me retournais. Je la regardais avancer.




© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Je suis un Grimm.
Féminin
Messages : 1698
Date d'arrivé : 09/06/2013
Age : 29
Localisation : Portland

Feuille de personnage
Age: 21 ans
Métier: Mécanicienne
Relations avec les personnages:
Je suis un Grimm.
Casey Dov
MessageSujet: Re: Résolution(s)   Dim 16 Mar 2014 - 16:09


Résolution(s)
~ Casey & Robert ~

Cette douche m'avait un peu remis les idées en place. J'allais pour m'installer sur la chaise dans la cuisine, quand je me rendis compte que Robert était au téléphone et m'observait. Je ne bougeais plus pour ne pas faire de bruit avec les béquilles ou du moins, je le vis s'approcher de moi. Je le regardais faire alors qu'il se penchait pour me dire dans l'oreille de me rendre dans la chambre, mes affaires y étaient. J'eus un frisson et soupirais en faisant demi-tour et sortant sur la pointe des béquilles et des pieds pour la même occasion. Je n'écoutais pas ce qu'il disait à la personne à l'autre bout du fil, peu importe qui c'était, ils avaient beaucoup de chose à se raconter. Je me dirigeais alors vers la chambre et poussais la porte. En effet, les trois sacs étaient là près du lit, m'attendant tranquillement que je finisse enfin par les ouvrir. Je refermais la porte et posais les béquilles au sol avant d'ouvrir le premier des sacs. Le propriétaire avait mit, pêle-mêle, des affaires de ma commode, sans prendre le temps de plier. En même temps, il avait hâte de me voir quitter les lieux, sûrement on courrait après le mauvais lièvre et c'était lui le responsable de l'incendie. Je secouais la tête, il m'avait bien fait comprendre de déguerpir après qu'il y avait eu un coup de feu. L'incendie était de trop pour lui, accueillir une Grimm n'était certainement pas dans leur loi et il ne voulait certainement pas se mettre à dos ceux qui sont encore avec leur guerre Grimm/wesen. Je soupirais en sortant tee-shirts, pantalons et chaussettes, de ce premier sac avant de tout remettre en place. J'ouvris alors le second, ma couverture était au-dessus, elle était un peu brûlée sur le bord, mais je ferais avec. En dessous, des serviettes et du nécessaires pour la salle de bain, mis là aussi, en vrac. Si cela le gênait de faire ça, pour quoi l'avoir fait ? Je ne comprends pas vraiment l'attitude de mon ancien propriétaire. Je soupirais en sortant ma brosse à dent et mon dentifrice puis je lançais la couverture sur le lit, le reste resterait dedans pour la prochaine douche ou autre. Je pris mon attention sur le dernier sac, il me semblait avoir vu toutes mes affaires, je n'étais pas une grande fan de mode, le moment que j'avais quelques affaires, j'en avais pas besoin d'en avoir des tonnes dans ma chambre. Je le tirais vers moi, il était plus léger que les deux autres. Je l'ouvris à son tour, juste des papiers, à moitiés brûlé pour la plupart, mes dossiers de paies, quelques livres et le mot que le détective avait découvert. J'eus un sourire en coin en le voyant, le pliait et le mit dans ma poche avant. Je repris le premier sac, j'avais repéré quelques affaires pour pouvoir me changer. Je me changeais vite fait avant de mettre les sacs vers la table de nuit et la brosse à dent ainsi que le dentifrice sur le lit et je verrais plus tard pour ranger. Puis je ramassais les cannes et écoutais s'il était encore au téléphone. Plus un bruit, j'ouvris la porte de la chambre et retournais dans la salle. Robert était installé dans le canapé puis il se tourna vers moi. Je m'avançais un peu en me laissant tomber sur le divan à fixer la petite table basse. J'avais finalement ouvert les sacs, découvert ce qui me restait de mon ancien appartement. C'est sûr que le canapé avec les ressorts, n'allait pas me manquer.



Revenir en haut Aller en bas
http://blutbad.lebonforum.com/
Je suis une créature neutre.
Masculin
Messages : 1317
Date d'arrivé : 20/06/2013
Age : 24
Localisation : Roseway - Portland

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Métier: Livreur
Relations avec les personnages:
Je suis une créature neutre.
Robert Wunsch
MessageSujet: Re: Résolution(s)   Sam 22 Mar 2014 - 14:36


Résolution(s)
Casey vint s'asseoir à côté de moi en se laissant tomber. Je souris alors. Je ne savais pas trop comment amorcer une conversation mais j'avais envie de lui parler, de tout et de rien. J'avais le temps matériel de converser avec elle. Je pensais alors qu'il était temps pour moi d'en apprendre un peu plus sur elle. Je devais quand même rester subtil pour ne pas revenir à sa situation actuelle, et bien continuer de lui faire oublier ces maux, et ne pas la froisser... Le plus risqué était encore que l'une de mes paroles soit mal prise. Je faisais avec elle des doubles sens, ou restais plus vague que je ne le voulais vraiment. Je la regardais s'installer confortablement. Je commençais alors en lui demandant simplement si elle voulait discuter un peu.

« On peux parler ? Enfin, si tu veux, on a du temps... »

Je ne sais pas si cela se faisait de demander aux gens s'ils voulaient bien parler avec nous. J'aurais pu aussi le faire directement. Je préférais quand même le faire ainsi. J'aimerais en apprendre un peu plus de sa vie, selon ce qu'elle voudrait bien m'avouer. Peut-être préférerait-elle que je me taise et allumer la télé ? J'osais la regarder dans les yeux et attendais sa réponse. Je m'y ferais de toutes façon. Nous commencions notre plus long dialogue :

« - Ouais

- Je ne sais pas trop... Tiens, où es-tu née ?

- Je suis née dans le nord...

- Ok, tu es à Portland depuis quand ? Et comment tu y es arrivée ?

- … par adoption que je suis arrivé à Portland

- Ok, t'as voyagé ?

- Non

- Tu as des mais à Portland ?

- Pas des masses ! 3 ou 4

- (sourire) Tu as toujours été serveuse ?

- Pleins de petits boulot avant !

- Comme ?

- Fleuriste

- Ah oui, toi ?! Je ne l'aurais pas deviné... et sinon tu es allé à l'école, où et jusqu'à quand ?

- J'ai arrêté à 16 ans en institut chez les dingues par la suite, et partie de chez mes parents à 18

- Oui... pardon. Tu aimes faire quoi sinon Je veux dire, comme métier, comme passion, qu'est-ce qui t'as le plus plu ?

- Le dessin

- Et tu aimerais travailler dans l'architecture ? La bd ?

- Aucune idée

- Tu connais bien Portland ?

- Non, la plupart des endroits de Portland je les connais pas.

- C'est vrai ?

- Ouais

- Ça te dirait de découvrir ta ville ? Bon, pas demain, c'est un peu chargé, mais dans les jours à venir …

- Oui, pourquoi pas …

- Alors je serais ton guide. Tu as déjà fait de la mécanique ?

- Sur une moto, oui

- Intéressant... ça te dirait de bosser sur des engins pendant trois semaines ?

- Ça dépend quel genre d'engins...

- Tracteurs principalement je pense, motos aussi, vieilles bagnoles... et rémunérée

- Oui, je verrais si je m'en sors dedans  

- J'en parlerais à un ami commun demain alors …

- Oki

- Puis-je te proposer un compromis ? …

- Vas-y

- Plus égal que celui de ton patron... J'ai l'impression que le fait que tu sois chez moi te déranges, je me trompe ?

- Oui (pour un non)

- Alors ce que je te propose, c'est de partager quelques tâches.  

- Ok, ça dérange pas !

- Bien.. Je voudrais savoir si tu as besoin de quelques petites choses dont je ne dispose pas ?

- Non, pas pour le moment !

- D'accord. Tiens il me viens une idée pour toi

- Vas-y  

- Et si tu écrivais un livre sur les wesen, avec toutes tes descriptions, tes dessins et impressions ? …

- Je ne connais pas tout les wesen …

- Justement ! Je pourrais t'aider à le commencer ; et je pourrais t'aider à en voir d'autres … Enfin, si tu veux …

- Je pourrais commencer par ceux que j'ai vu !

- Tout à fait ! Et j'ai même envie de te dire interroger ceux que tu as à portée !

- Oui, aussi … »

Je venais de passer en revue beaucoup de chose et en avait appris un peu plus en envers elle. Je venais de trouver, au fil de la conversation, quelques perspectives d'avenir, à la fois pour notre cohabitation et pour qu'elle puisse bosser. J'avais remarqué ses réponses courtes et parfois incorrectes, mais j'étais content de pouvoir lui parler. Nous venions de passer 34 min en questions réponses, une belle discussion dont le seul fond était la pluie battante, sans aucune interruption. Je me levais et allais vers le meuble à côté de la télé ou je disposais de fourniture de bureaux.

« J'ai tout un tas de bazar là-dedans, des stylos, des brouillons, du papier, des crayons, feutres, règles... Tu vois. Si tu as besoin de quelque chose c'est dans les deux derniers là et là. Mais attends je pense ... »

Je lui désignais les deux tiroirs et cherchais un livre blanc que l'on m'avait offert pour que j'y écrive et dessine des cartes, mais au final j'avais fais le travail sur différents feuilles, dont les cartes ont été exposé un temps dans la salle de l'association pour les renseigner sur l'Europe. Je le trouvais au fond du tiroir du bas. C'était un belle ouvrage à la couverture en cuir sur laquelle était dessinée une magnifique rose. Je n'avais utilisé que les trois premières page : en haut à droite sur la première mon nom et mon prénom dessous, la seconde une carte de l'Europe vierge (en projection Mercator), et la troisième une des États-Unis et Canada...
Spoiler:
 

Je Me relevais et m'assis à côté d'elle en lui tendant. Je lui posais dans les mains et elle le regardait comme si je venais de lui donner une liasse de billets... quoique je ne sois pas sûr que cela lui ai fait plaisir.

« Je sais qu'il à de la valeur, mais je ne m'en sers pas. Je t'en fais cadeau. Il te sera utile à toi... Et puis tu n'aura qu'à fouiller ce que tu veux là dedans... »

Je lui désignais les tiroirs que j'avais refermé à l'instant. Je repris alors pour changer un peu de sujet et ne pas être gêné :

« Je vais commencer à préparer quelque chose. Que dirais-tu de filet mignon, deux trois morceaux selon ta faim, avec du riz, et le tout accompagné d'une sauce au miel, vinaigre balsamique... Et la viande cuite à l'huile d'olive … Hum ? »


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Je suis un Grimm.
Féminin
Messages : 1698
Date d'arrivé : 09/06/2013
Age : 29
Localisation : Portland

Feuille de personnage
Age: 21 ans
Métier: Mécanicienne
Relations avec les personnages:
Je suis un Grimm.
Casey Dov
MessageSujet: Re: Résolution(s)   Sam 22 Mar 2014 - 22:39

Résolution(s)
Casey & Robert

Les sacs avaient finalement été ouverts par mes soins et en cachette. Pas que j'avais quelque chose à cacher, mais je trouvais que montrer mes affaires n'était pas du tout mon genre. J'avais au moins encore ce vieux tee-shirt que j'avais passé sur moi après inspection. D'accord trop large, mais il me servait pour dormir. Je soupirais en relevant les yeux vers Robert qui m'observait et il me demanda si on pouvait discuter. Je fus surprise qu'il me le demande, mais je me demandais de quoi on pouvait bien parler. Encore de mes sacs, il avait voulu savoir ce qu'il y avait dedans peu de temps avant que je ne parte à la douche. Je fronçais les sourcils et hésitais un instant, entre dire oui ou alors ne rien dire. Il allait alors prendre ça pour un non ou un oui ? Je roulais des yeux et finis par accepter. Après tout, je n'avais absolument rien à cacher, tant dans mes sacs que dans ma vie. J'allais sûrement répondre par bribe de mot ou ne pas répondre du tout. Il me posa alors, toutes sortent de questions sur mon sujet. Je fronçais les yeux à la première, je savais que j'étais née à Boston, mais ça ce situé où aux USA. Je finis par m'en rappeler, mais laisser flotter un mystère en répondant simplement le nord, alors que c'était dans le nord-est. À peine la première question lancer, il enchaîna avec la suivante. Moi qui pensait qu'on allait parler de choses et d'autres, mais pas autant de question à ce point-là. J'hésitais à répondre à la seconde, en même temps, il savait un peu que j'avais été adopté. Je n'étais pas douée pour interroger à ce point, j'avais l'impression d'être de nouveau dans les locaux de la police, à me faire interroger mainte fois sur mon comportement avant que Powell ne débarque. Je soupirais discrètement, il n'allait pas débarquer pour cette fois. J'écoutais alors la question suivante qui me surprit tout autant, si j'avais déjà voyagé. En y réfléchissant, je n'avais jamais vraiment quitté Portland ni les USA. Pas le temps de reprendre mon souffle, il en posa alors une autre. Si j'avais des amis, j'étais tenté de lui dire qu'avec le passé de folle, je n'avais pas vraiment d'ami de confiance ou autre, je finis par lui dire que j'en avais trois ou quatre et il eut un sourire en attaquant avec une autre question. Pour celle-ci, j'avais failli lui répondre ce que je lui avais déjà dit la première fois qu'on avait discuté, que j'avais fait des hautes études pour devenir serveuse. Je m'abstins de le faire et répondis tout simplement que j'avais fait d'autres boulots avant de ne citer que fleuriste. Cela le surprit d'apprendre cela, ça surprenait toujours tout le monde, mais déjà il passait à la question suivante. Quand j'avais arrêté l'école, je n'allais pas lui mentir, je n'arrivais pas à lui mentir d'ailleurs et je finis par lui dire que j'avais arrêté l'école à seize ans. Oui bon, un an de moins quand même, l'institut était bien loin et j'étais contente d'être ainsi partie de chez mes parents adoptifs. Cela faisait longtemps que je ne les avais pas vus. Il s'excusa d'avoir posé la question et reprit alors avec une autre, me demandant ce que j'aimais comme métier ou passion. Sans hésiter, je répondis le dessin. Je passe ma vie à dessiner de toute manière. Mon calepin n'était même pas dans les sacs et j'en fus un peu triste pour ça. Il enchaînait non-stop sur toutes sortes d'autres questions, j'y répondais du mieux que je pouvais. Avant de me dire qu'il allait demander pour que je bosse dans des engins, à part avoir réparer une vieille moto que j'avais récupérée, je ne voyais pas ce que je ferais dans ce genre d'endroit. Il avait fini par me questionner sur le fait de faire des tâches ménagères, cela ne me dérangerait pas. On arrivait enfin aux dernières questions, me demandant si je voulais écrire un livre sur les wesens. J'avais envie de rire à celle-ci, moi, écrire un livre ? Je haussais un sourcil et lui répondis que je ne connaissais pas tout les wesen. Je pensais surtout qu'il y en avait pas mal dans le monde, d'ailleurs, je serais surtout partante de retrouver ceux de mes parents. Il m'invita alors à m'aider pour le faire et malgré moi, je répondis que je commencerais par ceux que j'avais déjà vus et j'en avais vu pas mal. Le silence tomba tout d'un coup et cela me fit un peu bizarre. Il reprit alors la parole en m'indiquant deux tiroirs de son bureau. Il se mit à chercher quelque chose activement. Je le regardais sans bouger et profitais un peu du silence qui régnait enfin en maître dans la pièce. Il se redressa enfin avec un livre dans les mains. En se réinstallant, il me le tendit et le mit tout bonnement dans mes mains. J'observais la couverture de cuir sans réellement bouger ou même demander ce que je devais faire avec. Il reprit alors la parole en me disant qu'il me le donnait et qu'il me sera plus utile. Je fronçais les sourcils en l’observant lui puis le livre ou plutôt le carnet. J'allais l'ouvrir pour regarder dedans quand il changea de sujet me parlant de ce qu'il allait faire à manger.

« - Merci pour le carnet et pour faire simple... je ne suis pas difficile, ça me convient peu importe ce qu'on mange... »



Revenir en haut Aller en bas
http://blutbad.lebonforum.com/
Je suis une créature neutre.
Masculin
Messages : 1317
Date d'arrivé : 20/06/2013
Age : 24
Localisation : Roseway - Portland

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Métier: Livreur
Relations avec les personnages:
Je suis une créature neutre.
Robert Wunsch
MessageSujet: Re: Résolution(s)   Lun 24 Mar 2014 - 22:20


Résolution(s)- Casey, Robert (et Tancred)


A présent il était temps que je passe à autre chose et m'occupe les doigts et l'esprit, sans toutefois oublier de l'occuper elle-même. Je m'évertuais à lui faire oublier ses douleurs, mais cela commençait à me prendre de l'énergie. J'en avais d'habitude à revendre et je dois avouer que je devais sans arrêt redoubler d'effort pour garder l'huître ouverte et l'occuper elle-même. Depuis que je l'aidais j'avais l'impression que seule elle se refermerait. Elle ne me disait rien à l'inverse, ce qui me faisais penser que je remplissais la mission que je m'étais fixé. Elle pensait à autre chose, mais je me disais toujours lui laisser un peu de liberté. Je ne trouvais rien de mieux pour l'instant que de laisser des blancs voire fuir. Je n'allais pas rester en face d'elle et me noyer dans son regard, pour y plonger et faire quelque chose que je pourrais regretter.
Je me levais en souriant et disant « De rien ». Je ne l'aidais pas à se relever pur ne pas abuser. Je pris cependant ses béquilles et lui donnais avant de faire un pas de côté, puis un autre vers la cuisine. J'attendais qu'elle se lève et qu'elle ait fait un pas dans la même direction avant de m'engager jusqu'à la pièce d'à côté. J'allumais alors la lumière et allais directement au placard pour prendre un tupperware. Je le posais au bord de l'évier et pris du riz dans un autre placard. Je l'écoutais s'asseoir. Je versais le riz dans le récipient et rajoutais de l'eau. Je mis le tout une vingtaine de minute au micro-onde qui se mis à tourner. Le bruit de fond installé, je pris le sel et arrêtais déjà le micro-onde. Je rajoutais le sel et fis reprendre le ronron de l'appareil.Je passais au découpage de la viande que je pris dans le frigo. Je m'assis en face d'elle avec une planche et un couteau. Comme en manque de parole je me mis à lui décrire comment je découpais la viande en morceaux d'environ 3-5 cm et comment j'allais les faire revenir dans une poêle. Je continuais ses explications, qu'avec du recul je trouverais stupide, en lui disant que je mettais de l'huile d'olive pour faire cuire. Elle m'écoutait sans rien dire comme je parlais pour ne rien dire. Une fois la viande dorée de tout les côtés je rajoutais deux cuillères de miel et versais le vinaigre balsamique en fond de poêle. Je mélangeais le tout en lui disant, mais elle devait bien le voir... Je continuais sur ma lancée. Je pris une autre gamelle, une poêle à plus haut bord. J'attendais que le riz finisse de cuire. J'allais chercher le journal et pris la dernière page où il y avait des jeux. J'avais de la chance que le vieux monsieur de l'association me le donne, même si les nouvelles n'étaient pas plus fraîche qu'une semaine. Nous fîmes les mots croisés même si nous ne trouvions pas beaucoup de mots, c'était histoire de passer le temps. Au deuxième bip j'étais déjà debout pour l'ouvrir. En quelques secondes le riz fut égoutté et mélangé au reste. Je mis la table avec son aide en peu de temps et nous étions déjà installés.
Nous mangeâmes sans appétit en prenant notre temps. Nous écoutions la pluie frapper sur les volets et elle fit partie de notre conversation, de même qu'une tâche sur ma serviette blanche qui lui rappela un client sympathique qui lui avait laissé un pourboire, mêmes le fond de mes assiettes fut sujet à notre conversation. Nous parlions de petit détails, mais je dérivais la conversation vers autres choses que son boulot de serveuse. Nous parlâmes aussi de fleurs, de livraisons... Le téléphone sonna, et comme si nous étions entendus c'était la société qui m'apportait mes surgelés. J'avais mon collègue Dean à l'autre bout du fil. Je laissais Casey pour passer ma commande et lui demander comment il allait. Je le croisais souvent lors de mes livraisons. Je revins m'asseoir avec Casey et lui proposais du fromage et un dessert. Je lui demandais de choisir entre différents trucs de mon frigo. Nous nous attardâmes un peu après avoir fini. Elle ne put s'empêcher de m'aider à débarrasser. Je ne fis aucune remarque, j'étais même plutôt satisfait qu'elle le prenne ainsi, c'était le deal. Je me mis à laver la vaisselle alors qu'elle attrapait de nouveau la page de journal. Je me déplaçais pour lui faire une place, et laver la table. Je jetais les miettes à l'extérieur et refermais vite. Cette habitude française campagnarde je ne l'avais pas quitté en arrivant dans cette ville américaine, ce qui me valait quelques railleries de mes voisins au départ. Une fois que j'eus fini la vaisselle je lui dis avoir passé une journée bien remplie. Je lui proposais alors que nous allions nous coucher, à moins qu'elle ne veuille faire autre chose.
Nous passâmes chacun notre tour dans la salle de bain, puis je lui souhaitais de passer une bonne nuit. Elle alla dans sa chambre et moi la mienne. J'attendis qu'elle me ferme la porte au nez avant de rejoindre mon lit et prendre un livre. Je me décidais à dormir après une heure de lecture de mon bon roman. Je faisais attention à son souffle, elle ne semblait pas prête à dormir dans le même temps. Je ne m'endormis pas en écoutant les pulsations de son cœur. Je l'écoutais bouger et se clamer. Je finis par me détendre et plonger dans le sommeil. Celui-ci fut de courte durée quand je l'écoutais bouger vivement dans son sommeil et finir par se lever et étouffer un cri. Je restais assis sur mon lit et constatais qu'elle réessayait de se rendormir. Son pouls était rapide mais décélérait. Je me recouchais et dormis peu. Cette fois-ci elle ne put étouffer la frayeur de son cauchemar. Je me levais et allais jusqu'à sa chambre. Je frappais et ouvrais la porte. Elle alluma la lampe de chevet et me dit que ça allait qu'il ne fallait pas que je m'inquiète. Je lui dis inutilement que j'étais à coté. Je repartis en posant ma main réconfortante sur son épaule accompagné par un petit sourire.
Je mis un peu plus de temps à me calmer cette fois et restais attentif à ce qu'elle faisait. Je ne sais pas trop ce qu'elle faisait, mais elle finit par se calmer au bout d'une demi-heure. Je refermais les yeux et fus de nouveau réveiller. Je me levais et pris mon oreiller. J'allais essayer quelque chose,pour elle et moi, j'en avais marre. On aurait pu croire que je veuille l'étouffer, mais il n'en était rien. Je frappais et entrais avant même d'en avoir l'autorisation. Elle alluma et s'assit. Elle fronça les sourcils et ne comprenait pas pourquoi j'avais mon oreiller dans les mains. Je ne lui dis rien et le posais à côté du sien. Je posais mon doigt sur ses lèvres pour lui dire de garder ce silence reposant. Je m'imposais et m'assis à côté d'elle. Des larmes apparurent sur ses joues. Je passais un bras autour de ses épaules. Puis je le retirais et me couchais, éteignant la lumière. Je l'attirais à côté de moi pour qu'elle se couche.

« Dors maintenant. Bonne nuit, à demain »chuchotais-je avant de fermer les yeux.

A cause du manque de place, ou par réconfort, je la sentis s'approcher. Je soufflais et attendais de nous calmer et qu'elle, surtout, trouve le sommeil. Mon cœur battait fort...





Revenir en haut Aller en bas
Je suis un Grimm.
Féminin
Messages : 1698
Date d'arrivé : 09/06/2013
Age : 29
Localisation : Portland

Feuille de personnage
Age: 21 ans
Métier: Mécanicienne
Relations avec les personnages:
Je suis un Grimm.
Casey Dov
MessageSujet: Re: Résolution(s)   Mar 25 Mar 2014 - 17:34

Résolution(s)
Casey & Robert

Je jetais rapidement un coup d’œil à l'ouvrage que je détenais en ma possession. La couverture de cuir était jolie. En l'ouvrant, je vis que les pages étaient blanches, sans écrit, sans dessin. J'allais le remplir de toutes sortes de dessins, moi qui suis dotée d'une mémoire photographique. Je me rappelais du premier que j'avais fait sur mon ancien calepin et je pouvais dès à présent mettre un nom sur chaque créatures que j'avais vus. Cette première créature ressemblait à un renard, d'ailleurs, mon avocat en était un aussi. J'avais vu son véritable aspect quelques mois plus tôt après que j'avais cru qu'il voulait me kidnapper. Je secouais la tête à ce souvenir, celui-là même où j'avais appris ma véritable nature. Il me fallait pourtant que je retrouve mes ancêtres, après tout, si l'un des deux étaient Grimm, ils ont bien pu laisser quelques choses à leur héritière. Je devais me rendre à Boston, il devait bien y avoir un registre avec le nom de ma mère ou autre, à moins qu'elle ne m'ait accouchée sous X. Je devrais me renseigner si mon nom est dans les archives et chercher des personnes qui les connaissaient. Je m'égarais un peu, ce n'était pas vraiment le moment de penser à tout ça. Alex m'avait demandé le pourquoi je voulais les retrouver, au départ, je ne voulais pas les retrouver et maintenant c'était évidant, il me fallait des réponses et protéger leurs savoirs. Depuis que j'avais rencontré le Grimm, je me torturais l'esprit pour savoir si oui ou non, je devais mener un peu l'enquête. Je retenais un soupire en regardant toujours l'ouvrage que j'avais refermé. J'entendais la voix de Robert et me rappelais alors que je n'étais pas seule. J'avais tellement l'habitude d'être seule, que quand on me parlait pendant plusieurs minutes et que soudain le silence tombait, cela me faisait toujours bizarre. En même temps, je n'avais pas l'habitude d'aller chez des amis alors question conversation, ce n'était pas encore mon truc. Je déposais le livre sur le côté alors qu'il me tendait les béquilles, je les saisis. J'allais devoir attendre un peu que ma cheville se remette pour pouvoir travailler. Je finis enfin par le suivre dans la cuisine, même si j'aurais préféré rester dans le salon, au calme. Je m'installais sur la chaise près de la table sans rien dire. J'hésitais entre l'aider ou le regarder faire et puis, avec les béquilles se serait un peu compliqué. Je haussais les sourcils quand il commença à m'expliquer comment il découpait sa viande. Ça, c'était de la conversation, il a tellement envie de parler qu'il ne sait pas quoi dire et parle de n'importe quoi... Super. Je roulais des yeux, mais l'écoutais tout de même. Il m'expliquait tout en détail de comment faire revenir le tout dans la poêle. J'avais envie de me lever et d'aller dans la chambre, mais restais à ma place sans rien répondre, quand bien même il y avait quelque chose à dire. Il laissa un instant ce qu'il faisait pour prendre la dernière page d'un journal qui était là et fit les jeux, avant de finir par tout préparer. Hésitante et malgré que j'avais encore mal à la cheville, je finis par l'aider, après tout, je n'allais pas le laisser faire tout le boulot... Je n'avais pas très faim, mais mangeais tout de même en prenant mon temps. La pluie battait contre les volets, en temps normal, j'aurais ouvert la fenêtre pour sentir l'odeur et regardais cette dernière tomber abondamment, cela ne donnait pas l'impression que ça allait s'arrêter. Je regardais ma fourchette alors que j'étais pratiquement en train de jouer avec le contenu de l'assiette. Je relevais les yeux et les posais sur la serviette blanche et me remémorais une situation au restaurant, d'un client sympathique tout en regardant la table, avant que Robert ne lance une autre conversation. C'est sûr que j'avais du mal à m'y faire, que je n'avais plus de boulot au restaurant. Le téléphone sonna dans la pièce d'à côté et je sursautais. Robert se leva, me laissant seule dans la cuisine, j'en profitais pour finir mon assiette. Quand il revint, il me proposa dessert et fromage, que je refusais d'un signe de main. Je l'aidais finalement à débarrasser et le laisser faire sa vaisselle en attrapant le journal avec les jeux mais je ne les fis pas, je n'étais pas très jeux dans les journaux. Je refermais la page et la posais sur la table après l'avoir pliée. La proposition qu'il me fit m'enchanta, aller se coucher, je n'allais pas dire non à ça. Je me levais et me saisis de mes béquilles. Je filais directement dans la salle de bain après lui, pour me brosser les dents. Enfin, je finis par aller chercher le livre dans le salon et de me retrouver dans la chambre plongée dans l'obscurité. J'allumais la lumière pour me repérer et jetais un rapide coup d’œil vers la porte close. Allais-je encore me réveiller avec d'horrible cauchemar ? Je devrais avoir l'habitude, je devrais finir par comprendre qui j'étais, c'était juste des mauvais pressentiments, mettant en scène mes craintes de demain et ceux de la journée passée. Je soupirais, j'allais sûrement bien dormir après tout, j'étais épuisée. Je pris les sacs et les posaient plus loin pour ne pas qu'ils me gênent et me penchais plus. En regardant sous mon lit je vis une chaussure, je tendis le bras et découvris alors ma deuxième chaussure, l'autre étant dans le salon. J'eus un sourire en coin, finalement j'avais des chaussures. Je la posais sur un des sacs et me changeais en gardant le vieux tee-shirt. J'enfilais un bas de pyjama et pris alors le livre pour me glisser dans le lit. Je rajustais un peu l'oreiller et tournais la première page, il y avait déjà un nom et prénom, je tournais encore une page. Je me relevais et sur la pointe des pieds, en essayant de ne pas m'appuyer sur celui qui me faisait encore mal, et j'allais chercher mon sac. Dedans il y avait un crayon de papier, je ne jurais que par le crayon de papier et rien d'autre. Je retournais dans la chambre et me glissais de nouveau sous les couvertures avant de commencer à dessiner. Machinalement, mes traits se mettaient en place pour former un drang-zorn de profil, j’enchaînais ensuite sur la page suivante et dessinais un blutbad, mon ancienne collègue en était une. J'eus un frisson, il faisait vraiment peur à vrai dire, je me demande si elle avait fait des choses horribles, comme semblait le penser Alex... Je réfléchissais un peu plus, mais j'avais plus envie de penser. Je déposais l'ouvrage sur la table de nuit, ouvert et m'allongeais sur le dos. Sans bouger, je fixais le plafond en écoutant la pluie qui battait encore. Je me tournais vers l'heure sans le voir et éteignis enfin la lumière. Je fermais les yeux en essayant de penser à des choses positives avant de glisser dans un sommeil sans rêve.

Je m'éveillais en sursaut et me redressais sans me rendre compte, si j'avais crié dans le réel ou dans le rêve. Je me laissais retomber sur l'oreiller en me passant une main sur le front. Je posais ma main sur ma poitrine pour apaiser mon cœur qui semblait vouloir sortir. J'avais l'impression que tous bougeaient, mais ce n'était que mon imagination. Je retenais un soupire et fermais les yeux pour vraiment m'apaiser. Mon sommeil fut de courte durée, je m'éveillais de nouveau en sursaut, cette fois j'avais l'impression que c'était réel. Je portais ma main à mon cou en sentant encore la lame me trancher la tête. Je déglutis alors que j'entendais frapper à la porte et je sursautais bêtement. Cette dernière s'ouvrit sur Robert quand j'avais fini par allumer la lumière. Je lui lançais alors que ce n'était rien, pas la peine de s'alarmer pour rien. Je soupirais en le regardant partir. Je me levais en hâte et ouvris la fenêtre et les volets. Le ciel était couvert, mais ça sentait vraiment bon dehors, la pluie tombait toujours. Je regardais dehors, puis fermais les yeux en écoutant que le bruit que faisait la pluie en tombant. Cela commençait à me vider la tête, à me faire penser à autre chose. Je ne sais pas combien de temps je restais là, mais, je finis par fermer juste la fenêtre et d'aller me recoucher une fois tranquillisé. Était-ce un mauvais présage de mise en garde quelconque ou un simple cauchemar ? Je ne savais pas, mais je refis encore ce mauvais rêve. J'en avais marre de ça et pensais vraiment à aller dormir dehors, sous la pluie, s'il y avait que cela pour m'apaiser vraiment. Je me tournais sur le côté et entendis frapper. J'allumais la lumière et m'assis en fronçant les sourcils. Je le voyais, là, avec son oreiller... J'avais peur de comprendre, soit il voulait me tuer avec, soit il voulait dormir ici, avec moi, pour voir si cela aller me calmer. J'eus un frisson à cette pensée. J'allais protester quelque chose, comme quoi ça ne servait à rien, que j'allais juste finir par faire une nuit blanche, mais déjà il posait son oreiller près du mien et me fit signe de me taire. Mécaniquement, je me poussais alors qu'il s'installait et je sentis une larme couler sur ma joue. Il posa son bras autour de mes épaules avant de l'enlever et de se coucher. J'hésitais un instant alors qu'il éteignait la lumière et qu'il m'attire pour que je me couche à mon tour. Je roulais des yeux en les gardant grand ouvert dans le noir. Je n'osais pas bouger et entendis sa voix murmurer de dormir et me souhaiter bonne nuit. Je soupirais, j'étais mal installée, je bougeais légèrement pour reculer un peu et je faillis tomber du lit, avant de me rapprocher de Robert. J'essayais de tranquilliser mon cœur qui s'était mis à battre la chamade. J'avais toujours les yeux ouverts dans l'obscurité totale et finis par les fermer. Je m'endormis alors, sûrement au bout de plusieurs minutes.



Revenir en haut Aller en bas
http://blutbad.lebonforum.com/
Je suis une créature neutre.
Masculin
Messages : 1317
Date d'arrivé : 20/06/2013
Age : 24
Localisation : Roseway - Portland

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Métier: Livreur
Relations avec les personnages:
Je suis une créature neutre.
Robert Wunsch
MessageSujet: Re: Résolution(s)   Mer 26 Mar 2014 - 15:16


Résolution(s)- Casey, Robert (et Tancred)


Je sentais qu'elle n'osait pas bouger et en se réinstallant elle manqua de tomber. Je pensais que je devrais peut-être mettre le lit contre le mur plutôt qu'au milieu de la pièce à l'avenir, quoique cela gênerait pour le faire ou bouger... Elle se rapprocha ensuite de moi, j'espérais que ma présence suffise à la rassurer, et que je puisse dormir. La pluie tombait sur le carreau. Les volets étaient ouverts, ce qui m'informait sur ce qu'elle faisait tout à l'heure. Elle avait dû vouloir trouver le calme en regardant et sentant la pluie. J'aimais beaucoup la neige pour cela, la pluie était plus contraignante pour moi, bien que je ne la craigne pas. Je sentais son pouls aussi fort que le mien. Je tentais de résister au désir de la prendre volontairement dans mes bras... Je respirais calmement et me mis sur le dos. Je gardais les yeux fermés pour que mes autres sens captent tout ce qu'ils pouvaient. Je sentais le parfum du savon et du shampoing qu'elle avait utilisé. Je n'arrivais pas à m'endormir tant je pensais. J'écoutais battre son cœur et contrôlais le mien. J'écoutais sa respiration et sentais son souffle sur ma peau.
Je me mis à sa place et me dis que si je perdais ma maison je serais à genou. Je perdrais un chez moi accueillant chaque soir, un endroit ou me reposer, me ressourcer, et recevoir. Une partie de ma vie était entre ces murs qui, du jour au lendemain, pouvaient se retrouver en flamme. Je pense que je serais en colère, triste, et une partie de moi déchirée. Quelqu'un pourrait aussi me venir en aide, mais je ne sais pas comment je l'aurais reçu. J'ouvris les yeux dans le noir, dont seule la lumière verte du réveil coupé l'homogénéité. Je refermais les yeux en pensant à la situation des wesen face aux grimm. Je me rappelais des légendes qui me furent racontés lorsque j'avais appris être un wesen. Je ne savais pas comment le prendre. Je n'avais pas été bercé dans ses histoires et avait eu le temps de me forger une conscience de ce que j'étais et appréhendais ce monde à ma manière. Ma nature avait changé ma vie, mais peu ma façon de penser. Peut-être que par le passé les grimm ont commis des exactitudes envers les wesen, dont je peinais à identifier comme un nous. Face à l'adversité et la découverte de leurs dons les grimm ont dû pensé, dans effervescence religieuse du moyen-âge en Europe, que les wesen étaient les incarnations du démon, ou qu'ils étaient des monstres... La différence fait commettre de nombreuses injustices, plus faciles à commettre qu'un acte prémédité. Je ne pouvais dissocier aussi facilement leur histoire de celle plus globale des hommes « normaux ». Au fait la dichotomie wesen/grimm étaient partie d'une mauvaise appréciation de l'autre et les légendes relayées leur guerres. Mais s'étaient-ils toujours battus et entre-tués ? Je sentais la main de Casey se poser sur mon torse. Ce geste me coupa de toute réflexion. Je sentais qu'elle s'était endormie et semblait être calme. Son poids à côté de moi était plus important ce qui me fis penser qu'elle s'était vraiment assoupie. J'écoutais et sentais qu'elle dormait à poing fermés. Je me demandais alors si je pouvais avoir un avenir avec elle. Ces histoires me passaient bien au-dessus de la tête. Je ferais bien face au moindre obstacle si elle m'acceptait. Je ressentais quelque chose de particulier envers elle, mais était-ce bien réaliste ? Ne pourrait-elle pas penser que si nous en venions à faire l'amour cela s’apparenterait à de la zoophilie ? J'essayais de penser à autre chose que cette chose immonde. Je voulais qu'elle m'apprécie pour ce que j'étais, sans trop penser aux autres. Et si je me trompais j'irais prendre mes distances et tenter de la garder comme amie. Sa main me fit accélérer le battement de mon cœur, ainsi que sa présence si près. Je tentais de m'endormir et ne pas faillir. Avais-je eu une bonne idée ? Je me perdais à trouver le bonheur à ses côtés dans mes rêves. Le soleil et la lune finissaient bien par se rejoindre lors d’éclipses, la nature était donc pleine de surprise. Je finis par m'endormir.


Le soleil matinal éclairait toute la pièce. Sans ouvrir les yeux le rougeoiement de celui-ci se faisait sentir. Je sentais Casey endormie à côté de moi, aussi proche qu'hier. J'ouvrais les yeux et me les frottais pour m’acclimater à la lumière de la pièce. Je regardais pas la fenêtre en tendant le cou, il n'y avait plus de pluie, les nuages blancs étaient rares au milieu d'un grand ciel bleu. Je la sentis bouger. Je regardais l'heure : 9h13. Nous avions dormis comme des loirs finalement. Je bougeais un peu et passais un bras sous son épaule. Je posais une main sur son épaule. Je lui dis alors :

« Casey... Bonjour ! Nous avons bien dormis tu vois... il fait beau dehors. On se lève ? »





Revenir en haut Aller en bas
Je suis un Grimm.
Féminin
Messages : 1698
Date d'arrivé : 09/06/2013
Age : 29
Localisation : Portland

Feuille de personnage
Age: 21 ans
Métier: Mécanicienne
Relations avec les personnages:
Je suis un Grimm.
Casey Dov
MessageSujet: Re: Résolution(s)   Mer 26 Mar 2014 - 19:12

Résolution(s)
Casey & Robert

J'étais réveillée mais ne bougeais pas, j'avais envie de rester coucher toute la journée. Je ne travaillais pas et j'avais, pour une fois, une excuse ; Je n'avais plus de boulot. Mais je n'étais pas du genre à rester couché, je me lève toujours de bonne heure, même pendant mes jours de congés. Je songeais à mon rêve, pas de cauchemar, tranquillité. J'avais juste fait une nuit avec un seul rêve que je ne me souvenais même plus, ou alors, j'avais juste dormi dans un sommeil sans rêve. J'ouvris les yeux et les refermais aussitôt. Le soleil éclairait toute la pièce et sa lumière me faisait mal aux yeux. Je bougeais légèrement et portais ma main droite sur ces derniers, en entendant la voix de Robert me dire juste à côté, bonjour et qu'on avait bien dormit finalement. Mon cœur s'emballa soudain et je plissais les yeux en le regardant. J'avais oublié qu'il avait dormi dans la même chambre que moi. Je me remémorais la nuit dernière, de mes cauchemars incessant et de son entré en scène pour dormir ici. Mon cœur battait rapidement à ce souvenir. J'avais donc hurlé hier soir, moi qui pensais avoir juste crié dans le mauvais rêve et non en réel, mais s'il se tenait là, c'est que c'était le cas. J'eus un frisson et essayais d'apaiser mon cœur qui battait toujours aussi vite. J'étais encore un peu endormit et me rappelais un peu plus d'hier soir. J'avais tout de même bien dormit et je devais avouer, que c'était grâce à lui. Dans n'importe quelle situation, il était là... Mes yeux s'habituaient à la lumière et je le dévisageais sans rien dire. J'avais réussi à dormir et je lui devais ça. Pourtant, je savais qu'il était dans la pièce d'à côté, je ne risquais rien, et j'ai tout de même fait ces horribles rêves. Mais on ne contrôle pas les cauchemars, quand on est hanté par quelque chose qui ne va pas, on retranscrit le tout en dormant. Je secouais la tête et soupirais en tournant la tête vers l'heure : 9h14. Déjà ? J'hésitais de bouger en comprenant comment j'étais placée. Ne laissant rien paraître, je me décollais de lui et reculais pour sortir du lit. Une fois assise sur le bord de ce dernier, je tendis mon bras gauche pour prendre mon pull, que je mis en soupirant. Je me levais enfin sans avoir cette sensation de dormir encore debout, que j'avais à chaque fois. À la base, les cauchemars s'apaisaient vers le matin, au moment de me lever et là, j'avais dormi toute la nuit. Je me tournais vers Robert, et levais machinalement la main et souriant, pour lui souhaiter le bonjour à mon tour.

« - … Merci... J'ai pu dormir toute la nuit grâce à toi... Je... Fais des cauchemars étranges et j'ai comme l'impression qu'ils sont réels ou alors c'est une prémonition... ! »

Je me détournais, et sentis que je rougissais bêtement. Je me dirigeais vers la porte et me baissais pour prendre juste une seule béquille. Mon pied me faisait moins mal, il allait falloir que je masse ma cheville pendant dix minutes tout à l'heure. En soupirant, j'ouvris la porte de la chambre et me rendais comme une automate, vers la cuisine.



Revenir en haut Aller en bas
http://blutbad.lebonforum.com/

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Résolution(s)   Aujourd'hui à 11:47

Revenir en haut Aller en bas
 

Résolution(s)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» nouveau laby ror et tot la solution pour le parcourir
» Les maux qui ravagent Haiti: A la recherche d'une solution ou d'un remede
» La loi Hope, est-ce une solution? et IT?
» Renverser le gouv haitien n'est pas une solution aux problèmes d'Haiti !
» Solution constitutionnelle, consensuelle et haïtienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Write as Grimm ::  :: RP's terminés-